Filière des AVC


France WOIMANT

Les filières de soins pour les patients victimes d’AVC permettent de prendre en charge, dans les meilleures conditions, les patients dès la survenue de l’accident, puis durant leur hospitalisation en unité neuro-vasculaire et si besoin en services de soins de suite et de réadaptation, puis à leur domicile ou parfois en institution. La mise en place de ces filières nécessite un travail collaboratif entre les organismes institutionnels, les professionnels travaillant en ville, dans les hôpitaux et dans les secteurs médicosocial et social et avec les associations de patients ; ces filières doivent tenir compte des patients (le parcours d’un enfant victime d’AVC est diffèrent de celui d’un adulte), de la sévérité de l’AVC et doivent savoir s’adapter aux avancées thérapeutiques. De nouvelles organisations se mettent ainsi régulièrement en place, que ce soit en milieu hospitalier ou au domicile, afin de réduire le handicap post-AVC et d’améliorer la qualité de vie des patients et de leur entourage. Sans oublier la prévention, qui reste la meilleure stratégie pour réduire le handicap lié aux AVC.

France Woimant est neurologue. Elle exerce à l’hôpital Lariboisière et est chargée de mission à l’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France pour les pathologies neurologiques. Dès la fin de son internat, elle a travaillé sur les parcours des soins. Elle a créé la première unité neuro-vasculaire en France en 1979, unité qu’elle a dirigée pendant presque 20 ans. Elle a présidé la Société Française Neuro-vasculaire de 2004 à 2007. Depuis 1998, elle est référente pour l’AVC auprès des agences régionales d’hospitalisation puis de santé d’Ile-de-France. Elle a été experte auprès du secrétariat du comité de pilotage ministériel en charge du plan AVC 2010-2014 et est membre du comité ministériel de suivi de ce plan.
Elle a présidé plusieurs groupes de travail de la Haute Autorité de Santé en lien avec l’AVC, participe à des groupes de travail au ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes et à la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) sur la qualité et l’organisation des soins et est membre du comité scientifique des affections cardio-neuro-vasculaires de l’institut national de veille sanitaire (INVS). Elle est vice présidente de la fédération nationale d’aide aux victimes d’AVC et préside le conseil scientifique de cette fédération.