Les 4 Lauréats de l'Appel à projets 2016

4 projets Lauréats de l’Appel à projets 2016 sur le thème « Physiopathologie et prise en charge de l’AVC à la phase aiguë ».

Le 24 juin 2016, le Comex de la Fondation a validé le financement de 4 projets de recherche évalués par des experts internationaux et sélectionnés par le conseil scientifique sur la base de leur excellence scientifique et de leurs bénéfices potentiels pour les patients.

Le montant total de la dotation de 450 000 € va permettre le financement de 2 projets de recherche clinique et 2 projets de recherche pré-clinique, respectant ainsi l’équilibre souhaité par la Fondation entre recherche clinique et recherche fondamentale.

Les 4 LAUREATS SONT :

- Le Docteur Anne GODIER de l’INSERM UMR 1140 à Paris avec son projet de recherche clinique « Evaluation des troubles de l'hémostase chez les patients traités par thrombolyse et nécessitant un geste endovasculaire pour un AVC »

Résumé du projet : Le traitement de l'accident vasculaire cérébral (AVC) a évolué en 2015 : il associe la thrombolyse, traitement médicamenteux qui dissout le caillot à la thrombectomie qui consiste à enlever mécaniquement le caillot par voie endovasculaire. Cette association de traitements pose des problèmes d'hémostase : les effets de la thrombolyse sur l'hémostase et leur durée sont mal connus et risquent de compliquer le geste de thrombectomie. Objectifs : décrire les troubles de l'hémostase induits par la thrombolyse chez des patients ayant un AVC ; déterminer le délai de normalisation de ces troubles ; déterminer si un appareil portatif, le thromboélastomètre, permet un diagnostic rapide de ces troubles. Méthodes : Etude observationnelle monocentrique incluant des patients thrombolysés pour un AVC ischémique. Réalisation de tests d'hémostase standards et spécialisés au cours des 48 premières heures suivant la thrombolyse pour explorer les differents aspects de l'hémostase : coagulation, fibrinogène, fibrinolyse et plaquettes. Impact clinique immédiat : adaptation de la gestion de l'hémostase et de ses médicaments pour la thrombectomie.

Pour en savoir plus sur les objectifs de ce projet et les bénéfices attendus pour les patients, regardez l'interview du Docteur Anne Godier.

- Le Docteur Raphael LE BOUC de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière à Paris avec son projet de recherche clinique « Vers une caractérisation des troubles de la motivation et de leurs mécanismes après un accident vasculaire cérébral »

Résumé du projet : Les troubles de la motivation et en particulier l’apathie font partie des symptômes les plus fréquents après un accident cérébral vasculaire (AVC). Ils sont responsables d’un retentissement majeur sur la récupération fonctionnelle, le handicap et l’autonomie des patients. Cependant, les mécanismes cérébraux responsables de ces troubles restent méconnus. Il existe peu d’outils cliniques permettant leur évaluation, et les ressources thérapeutiques restent limitées. Les théories récentes issues du champ de recherche de la neuroéconomie ont fourni depuis une dizaine d’année des concepts et des outils permettant l’étude des mécanismes cognitifs élémentaires de la motivation, ainsi que l’étude de leurs bases neurales. Ce projet vise à quantifier les déficits élémentaires de la motivation chez 48 patients en phase aigüe d’un AVC, à l’aide d’outils innovant adaptés à la clinique, et à caractériser leurs bases cérébrales. Ce projet pourra permettre une meilleure caractérisation des désordres de la motivation, une anticipation de leur retentissement à long terme, ainsi que le développement de stratégies thérapeutiques ciblées.

Pour en savoir plus sur les objectifs de ce projet et les bénéfices attendus pour les patients, regardez l'interview du Docteur Raphael Le Bouc.

- Le Professeur Mikael MAZIGHI de l’Unité INSERM U 1148 à Paris avec son projet de recherche fondamentale « Etude préclinique de l’impact de la thrombo-inflammation microvasculaire à la phase aigüe de l’ischémie cérébrale. Physiopathologie et traitements »

Résumé du projet : Les données cliniques et expérimentales existantes suggèrent que l’activation et l’extravasation des polynucléaires neutrophiles (PN) sont délétères à la phase aigüe de l’infarctus cérébral (IC) avec un sur­risque de handicap et de transformation hémorragique. Toutefois, les essais cliniques ciblant les PN à la phase aigüe de l’IC sont restés négatifs. Notre groupe a montré récemment que l’activation et la transmigration des PN débutent immédiatement après l’occlusion. L’inhibition du recrutement des PN plusieurs heures après l’ischémie apparait donc trop tardive pour produire un impact clinique. Nos objectifs sont d’étudier l’effet des PN en fonction du temps à la phase aigüe de l’IC et les médiateurs principaux impliqués à chaque étape du processus d’ischémie­reperfusion afin d’identifier les cibles et les fenêtres thérapeutiques. Dans une deuxième étape, nous explorerons de nouvelles stratégies thérapeutiques afin de réduire l’effet délétère des PN dans un modèle d’IC expérimental.

Pour en savoir plus sur les objectifs de ce projet et les bénéfices attendus pour les patients, regardez l'interview du Professeur Mikael Mazighi.

- Le Professeur Carine ALI de l’unité INSERM UMR-S U919 à Caen avec son projet de recherche fondamentale « La N-acétylcystéine comme agent thrombolytique pour les AVC ischémiques »

Résumé du projet : Les stratégies thrombolytiques pharmacologiques utilisées à la phase aigüe des AVC ischémiques consistent en l’injection de l’activateur tissulaire du plasminogène (tPA) pour activer la cascade fibrinolytique. Malgré une efficacité clinique démontrée, le tPA n’est efficace que sur la fibrine et n’affecte pas les autres constituants des caillots. Ceci explique pourquoi, 1 heure avec l’injection de tPA, le taux de recanalisation chez les patients n’est que de 30%. Des études récentes ont démontré que les caillots responsables des AVC ischémiques sont constitués de plaquettes liées entre elles par du facteur von Willebrand sous forme multimérique (VWF). Ainsi, la destruction des multimers de VWF est une stratégie prometteuse pour recanaliser les artères cérébrales. Les multimers de VWF sont en fait des monomères liés entre eux par des ponts disulfures. Dans ce projet translationnel, notre objectif est de démontrer que l’injection intraveineuse d’une molécule capable de réduire ces ponts disulfure et autorisée chez l’homme (la N-Acétylcystéine) permet de restaurer la perméabilité vasculaire chez les patients victimes d’AVC ischémiques.

Pour en savoir plus sur les objectifs de ce projet et les bénéfices attendus pour les patients, à lire, l'interview du Professeur Carine ALI.